L'importance de l'ostéopathie sur la fourbure du cheval

Définition de la fourbure


La fourbure est une maladie grave ayant pour conséquence une inflammation importante du pied.

C’est une urgence vétérinaire.

L’inflammation est due à une perturbation vasculaire des lamelles de la boîte cornée, provoquant leur dégénérescence et leur nécrose.

La cohésion entre la phalange distale et la paroi n’est plus assurée.


Facteurs provoquant une fourbure


Les facteurs déclenchant une fourbure sont nombreux. Cela peut être :

- une alimentation trop riche en glucose

- un travail excessif avec des traumatismes répétés sur la paroi ou un effort d’endurance

prolongé

- surcharge d’un antérieur par report de poids excessif ( boiterie importante ou fracture de

l’antérieur opposé)

- infections endo-toxémiques ( rétention placentaire, diarrhées, … )

- syndrome de Cushing qui provoque des fourbures récidivantes


Symptômes

Le plus souvent, la fourbure touche les deux antérieurs. Le cheval adopte une posture caractéristique, il est campé du devant et sous lui du derrière. Cela lui permet de diminuer le poids porté sur l‘avant des sabots antérieurs.

Si les quatre pieds sont atteints, le cheval sera couché.


La fourbure se déroule en 3 phases. La phase de développement correspond à la mise en place des mécanismes pathologiques. Peu de chevaux développent des symptômes durant cette phase.


La phase aiguë commence avec les premiers signes de boiterie.

Durant celle-ci, le pied est chaud, avec la présence d’un pouls digité. Le cheval transpire et sa fréquence cardiaque et respiratoire sont augmentées. Il rechigne à se déplacer.

Si au bout de 72 heures, la 3ème phalange n’a pas basculé, le cheval passe en phase subaiguë. Le pronostic est bon et la récupération totale est possible. Le traitement thérapeutique doit être poursuivi afin de limiter les récidives.

Source : IFCE


Si la phalange distale bascule, c'est-à-dire lorsque la paroi dorsale du sabot et la phalange distale ne sont plus parallèles, le cheval passe en phase chronique. La récupération ne sera pas totale mais il est possible de soulager le cheval avec une ferrure adaptée, une attention particulière à l’alimentation et des soins ostéopathiques afin de limiter les compensations.


Traitement


Dans un premier temps, des soins vétérinaires sont à prodiguer afin de passer de la phase aiguë à subaiguë.

Une fois dans cette phase, il est possible de mettre les pieds du cheval dans un bain glacé afin de diminuer l’inflammation. Le cheval doit ensuite être placé sur un sol mou comme du sable ou un gros lit de paille. L’idéal est de mettre un matelas au niveau des antérieurs afin de répartir au mieux les pressions exercées sur le pied.

Le travail du maréchal-ferrant sera indispensable et il est primordial que le cheval ait une ferrure adaptée.

Si le cheval est nourri aux granulés, il est probable que sa ration soit revue afin de diminuer l’apport glucidique.

Intérêt de l'ostéopathie sur le cheval fourbu


La position adoptée par le cheval lors de fourbure ainsi que la douleur ressentie vont engendrer d’importantes tensions musculaires. Une fois la crise passée, une consultation ostéopathique est nécessaire afin de lever les compensations créées.


De plus, lors de fourbure, la contracture des muscles extenseurs de la main exerce une traction sur les muscles fléchisseurs, notamment le muscle fléchisseur profond du doigt ( ou perforant ).

L’insertion terminale du muscle fléchisseur profond étant la 3ème phalange, sa contraction tire sur celle-ci et peut, à terme, favoriser la bascule de la phalange.

L’ostéopathie a donc un rôle important pour diminuer la contraction du perforant et limiter ainsi les récidives.